La géologie de l’Oisans, terre des Minéraux

EmailPrintTwitterFacebook

La terre que nous connaissons aujourd’hui est le résultat d’une longue histoire géologique. D’une épaisseur quasiment uniforme, la croûte terrestre, subissant la pression de ses plaques, comme le font les plaques de glaces devant la poussée du brise-glace, (certaines s’enfoncent, d’autres se chevauchent).

Le continent africain, fort de sa surface et de sa puissance, entrant en collision avec l’Europe, à réussi à élever les Alpes à leur hauteur actuelle en se servant de la botte Italienne comme d’un bras de levier. On peut vérifier cette théorie en voyant l’arc alpin épouser parfaitement le sommet de la péninsule italienne.

geologieIMG_4446

La péninsule Ibérique a subi par cette même force, un glissement, l’éloignant des iles Baléares, accompagnée d’un écartement de tout le sud de la France. Les massifs des Pyrénées se sont élevés, là encore, pour preuve de la formidable pression exercée. La Garonne a prolongé son delta vers le nord.

La Corse et la Sardaigne étaient, il y a fort longtemps, les sommets d’une montagne accolée aux cotes méditerranéennes. La pression du continent africain a, en un premier temps, créée cette montagne, puis sous pression continuelle, l’a faite pivoter puis disparaitre, partiellement sous la plaque française, en creusant la Méditerranée. La plaque française a une limite sous la faille rhénane, là ou s’écoule le Rhin. Cela a pu être déterminé par les tremblements de terre secouant parfois cette zone. La plaque supportant notre pays, en glissant contre le reste de l’Europe, en accrochant des aspérités, arrête de glisser. Puis la pression continuant son œuvre, détruit la résistance et se libère en une secousse tellurique.

Les filons de houille que l’on à pu exploiter, sur le plateau de la Mure, et à l’Alpe d’Huez sont le résultat d’élévation et de plissements de terrains, ayant enfouis d’immenses forêts au carbonifère. La chaleur de la planète, les ayant alors transformées en charbon.

Trésors de l’Oisans, les minéraux sont aussi le fruit de la transformation géologique de nos belles montagnes, couronnant les vallées fertiles de l’Oisans. Dans les temps anciens, les traces de minéraux visibles dans la roche, étaient considérées comme des émanations souterraines. Les mines de Soufre, en sont la parfaite démonstration : en effet les vapeurs de soufre en se condensant et en se déposant en couches épaisses, peuvent imager la cristallisation et l’oxydation la sulfuration et autres réalisations des cristaux et toutes sortes de pierres précieuses.

L’histoire des mines raconte le passé de ces hommes, passionnés par la découverte des trésors enfouis au plus profond du rocher, vivants dans les territoires de l’Oisans: de Bourg d’Oisans à l’Alpe d’Huez, aux 2 Alpes, en passant par Oz et Vaujany, et les autres villages où les mines aux noms célèbres, connues des amoureux des minéraux, comme La Gardette, l’Herpie, Chalanches, Brandes, Oulles, l’Articol, et les autres, La Mure Vizille Allevard Vienne etc.….

Trésors de l’Oisans, les minéraux sont aussi le fruit de la transformation géologique de nos belles montagnes, couronnant les vallées fertiles de l’Oisans. Dans les temps anciens, les traces de minéraux visibles dans la roche, étaient considérées comme des émanations souterraines. Les mines de Soufre, en sont la parfaite démonstration : en effet les vapeurs de soufre en se condensant et en se déposant en couches épaisses, peuvent imager la cristallisation et l’oxydation la sulfuration et autres réalisations des cristaux et toutes sortes de pierres précieuses.

L’histoire des mines raconte le passé de ces hommes, passionnés par la découverte des trésors enfouis au plus profond du rocher, vivants dans les territoires de l’Oisans: de Bourg d’Oisans à l’Alpe d’Huez, aux 2 Alpes, en passant par Oz et Vaujany, et les autres villages où les mines aux noms célèbres, connues des amoureux des minéraux, comme La Gardette, l’Herpie, Chalanches, Brandes, Oulles, l’Articol, et les autres, La Mure Vizille Allevard Vienne etc.….